Académiciens

Henri Amouroux

 

L'académicien

Carrière

Oeuvres

Travaux académiques

Discours et conférences

 

Retour aux membres

Présentation
Retour au sommaire du site ASMP - Académie des Sciences Morales et Politiques
Retour sommaire

Carrière

Diplômé de l'Ecole supérieure de journalisme, Henri Amouroux a commencé sa carrière journalistique fin 1938 à l'agence de presse Opera mundi à Paris, puis comme stagiaire au journal la Petite Gironde à Bordeaux. Il participe au groupe de résistance Jade Amicol.
à la Libération, il appartient à l'équipe fondatrice du journal Sud-Ouest, Il y occupera, de 1944 à 1974, les postes successifs de secrétaire de rédaction, secrétaire général adjoint de la rédaction, secrétaire général de la rédaction (1959), rédacteur en chef adjoint (1963), rédacteur en chef (1966), directeur général adjoint, directeur général (1968-1974). Il crée et dirige parallèlement Sud-Ouest Dimanche.
Durant quatorze ans il a tenu la chronique littéraire, a été correspondant de guerre à cinq reprises - notamment sur le front français puis au Vietnam -ce qui lui vaudra deux blessures. Il a effectué de très nombreux reportages dont dix en Israël (qui donneront matière à quatre ouvrages), sept en Yougoslavie, cinq en Algérie, quatre au Vietnam, deux en URSS, ainsi qu'en Inde, en Egypte, en Jordanie, en Chine, au Canada, au Brésil, etc.
Il est de plus directeur du journal les Années 40 depuis 1970.
à partir de 1974, Henri Amouroux quitte Sud-Ouest et est nommé directeur de France-Soir (1974-1975), puis co-directeur du quotidien Rhône-Alpes (1977-1982).
Depuis 1985, il préside le prix Albert-Londres.
à côté de son activité professionnelle, Henri Amouroux a consacré sa vie à l'écriture d'une monumentale histoire de la France sous l'Occupation allemande. Soucieux de vulgarisation, il a conçu de très nombreuses émissions télévisuelles - 40 émissions sur TF1 - et radio-diffusées, notamment à France Inter, où il tient depuis 1994 une chronique régulière.
Il a reçu pour l'ensemble de son œuvre le Prix mondial Cino del Duca en 1999.