Prix et médailles

Palmarès 2007

 

Prix et
fondations
Retour au sommaire du site ASMP - Académie des Sciences Morales et Politiques
Retour sommaire

Lecture du palmarès

par M. François Terré,
vice-Président de l’Académie

(lundi 12 novembre 2007)


Monsieur le Président,
Monsieur le Secrétaire perpétuel,
Monsieur le Chancelier,
Mes chers Confrères,
Mesdames, Messieurs,

C’est en cette circonstance solennelle et dans ce cadre prestigieux que l’Académie rend public chaque année, conformément à ses statuts, le palmarès des prix, bourses et médailles qu’elle attribue.

Par la distribution de ces prix, l’Académie remplit l’une des missions que lui a confiées la Nation : « suivre, conformément aux lois et arrêtés du Directoire exécutif, les travaux scientifiques et littéraires qui auront pour objet l’utilité générale et la gloire de la République » (loi du 3 brumaire an IV). Elle le fait grâce à la générosité de celles et de ceux qui, lui accordant leur confiance pour perpétuer leur mémoire ou leur action, ont décidé d’abriter en son sein les fondations qui lui permettent d’accomplir son devoir.

Certains de ces fondateurs sont parmi nous aujourd’hui, physiquement ou en pensée. Permettez-moi de les saluer :

  • Claude Dulong-Sainteny, notre confrère ;
  • la famille de notre confrère décédé Bernard Destremau ;
  • la famille de Luc Durand-Réville qui fut correspondant de l’Académie ;
  • le représentant de Taïwan à Paris ;
  • la princesse Anne-Lise Radziwill, qui a créé un prix pour honorer la mémoire de son défunt époux, Daniel Strasser ;
  • Jeanine Cros et les représentants du Comité universitaire d’information pédagogique ;
  • Alexandre Wattin, Président de l’Observatoire des Relations franco-allemandes pour la Construction européenne ;
  • la comtesse Chantal de Saint-Priest et le capitaine François Maurice ;
  • et, enfin, Alain Bauer qui vient de créer à l’Académie le Prix national de criminologie qui est remis cette année pour la première fois.

Ce nouveau prix vise à mettre en lumière une science qui, certes, n’est pas nouvelle, puisqu’on peut la faire remonter au moins jusqu’à Gabriel de Tarde, qui fut membre de notre Académie au début du siècle dernier. Toutefois, elle ne s’est pas en France, malgré les projets, constituée en discipline autonome, contrairement à ce qui s’est passé au Québec, sous l’impulsion de Denis Szabo, correspondant de notre Académie. Votre souhait, Alain Bauer, est que la création de ce prix aide à l’institutionnalisation et à la reconnaissance universitaire de cette science qui étudie les caractéristiques et les causes de l’acte criminel. Le jury — qui comprenait, outre vous-même, mes confrères Raymond Boudon, André Damien et Denis Szabo, ainsi que Pierre Monzani, directeur de l’Institut national des Hautes Études de la Sécurité — a décidé d’attribuer le premier Prix national de criminologie à Frédéric Ploquin, grand reporter au journal Marianne, pour son ouvrage en deux tomes, Parrains et caïds. La France du grand banditisme dans l’œil de la PJ, et Ils se sont fait la belle, parus chez Fayard. Je ne peux, à mon tour, que recommander la lecture de ce véritable Who’s who du grand banditisme dans notre pays, agréablement écrit et formidablement documenté.

Aujourd’hui est, pour nous tous, le jour des lauréats et de la célébration de leurs mérites. J’en viens donc maintenant à la lecture de l’ensemble du palmarès, en commençant par les Grands Prix décernés par notre Compagnie.

Je remercie les lauréats de bien vouloir se lever quand je le leur indiquerai, de même que je remercie par avance chacun de vous de bien vouloir les applaudir.

LES GRANDS PRIX DE L’ACADÉMIE

Le Grand Prix Edouard Bonnefous, récompense cette année l’œuvre qui aura le mieux contribué à alléger le poids de l'État sur les citoyens. Il est attribué au sénateur Alain Lambert et au député Didier Migaud, Président de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale, pour leur rôle dans l’adoption de la Loi Organique sur les Lois de Finances, autrement appelée « la LOLF ».

Messieurs, qui, mieux que vous, pouvait prétendre à ce prix, vous dont l’action se situe si bien dans l’esprit qu’a toujours défendu notre confrère Édouard Bonnefous, Chancelier honoraire de l’Institut de France, disparu cette année. Cet idéal d’un État bien géré, notre confrère le défendit, comme vous le faites et dans un même esprit d’ouverture, au Parlement, en présidant notamment la Commission des Finances du Sénat de 1972 à 1986.

En substituant à la logique des moyens une logique d'objectifs et de résultats, la LOLF incite à mettre en place une gestion plus démocratique et plus performante, dont les effets se feront sentir très rapidement et seront profitables à tous : citoyens, usagers du service public, contribuables et agents de l'État.

Les deux Grands Prix de la Fondation culturelle franco-taïwanaise sont attribués respectivement au Centre of Taiwan Studies de l’Université de Londres, dirigé par les Professeurs Robert Ash et Dafydd Fell, et à Alain Jalladeau, directeur artistique du Festival des Trois Continents de Nantes, pour leur rôle dans une meilleure connaissance en Europe de la culture de Taïwan.

Le Prix Daniel Strasser est attribué à Jacques Santer, ancien Président de la Commission européenne, pour l’ensemble de sa carrière. Monsieur le Président, c’est avec un grand plaisir que je vous retrouve sous cette Coupole où, au mois de mars dernier, vous assistiez à l’installation comme associé étranger de notre confrère Jean-Claude Juncker, votre successeur en tant que Premier ministre du Grand Duché de Luxembourg.

Le Prix Lucien Dupont est attribué à Maxime Tandonnet pour son ouvrage Immigration. Sortir du chaos, (Flammarion), 2006. Monsieur, votre livre est salutaire, comme le sont tous ceux qui, par-delà les approximations et les mensonges, tentent de lier à nouveau entre eux les fils de la vérité. Sur ce terrain sensible, en effet, la passion l'emporte bien trop souvent sur la raison ! Vous rectifiez ainsi les chiffres couramment admis par les médias et même par certains organismes officiels. Et vous démontrez comment la politique française a rompu à la fois avec la tradition républicaine et la pratique courante des États, en laissant se brouiller, peu à peu, le clivage fondamental qui existe entre immigration légale et immigration irrégulière. Nous formons le vœu que vos fonctions actuelles auprès du Président de la République vous permettent de faire progresser les vérités que vous avez si bien établies.

Le Prix Louis Cros, qui récompense des travaux savants ou des témoignages dans le domaine de l’éducation, est partagé cette année entre Ludivine Thiaw-Po-Une pour L’État démocratique et ses dilemmes. Le cas des Universités, (Hermann Éditeurs), 2007 et Sylvain Grandserre pour École : droit de réponses. Lettres d’un jeune maître d’école, (Hachette), 2007.


Trois Grands Prix juridiques ont été attribués à l’initiative de la section à laquelle j’ai l’honneur d’appartenir.

Le Grand Prix Charles Aubert - Droit est attribué à Catherine Lecomte pour l’ensemble de son œuvre et de son action.

Le Grand Prix Choucri Cardahi est partagé à parts égales entre trois lauréats pour la publication de leurs thèses de doctorat :

  • celle de Thomas Piazzon, La sécurité juridique, thèse soutenue le 18 mai 2006 (Université Panthéon-Assas, Paris II)
  • celle de Laurent Eck, L’abus de droit en droit constitutionnel, thèse soutenue le 11 décembre 2006 (Université Jean Moulin – Lyon III)
  • et celle de Frédéric Danos, Propriété, possession et opposabilité, thèse soutenue le 23 mai 2006 (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne)

Le Prix Francis Durieux est attribué à Pierre Bonassies et Christian Scapel pour leur Droit maritime, (LGDJ), 2006.


Deux Grands Prix d’Histoire ont été attribués.

Le Grand Prix Charles Aubert - Histoire à Éric Roussel pour l’ensemble de son œuvre.

Le Grand Prix Madeleine Laurain-Portemer est partagé entre Jean-Marc Moriceau pour son étude Histoire du méchant loup. 3 000 attaques sur l’homme en France (XVe – XXe siècle), (Fayard), 2007 et Yvan Loskoutoff pour Rome des Césars, Rome des Papes. La propagande du cardinal Mazarin, (Honoré Champion), 2007.


Deux Grands Prix d’économie sont distribués grâce à la générosité de la baronne Maruccia Zerilli-Marimo, exemplaire par sa fidélité à notre Académie et à la mémoire de son époux, qui fut un de nos correspondants. Nous l’en remercions.

Le Prix Zerilli-Marimo est attribué à Henri Prévot pour son ouvrage Trop de pétrole ! (Seuil) 2007.

Le Prix Ugo Papi-Gaston Leduc est attribué à François de Closets pour son ouvrage Plus encore !, (Fayard/Plon), 2006.


J’en viens maintenant aux autres Prix distribués sur propositions des sections, commissions ou jurys ad hoc.


PRIX ATTRIBUÉS SUR PROPOSITION DE
LA SECTION DE PHILOSOPHIE

Le Prix Robert Blanché est attribué à Denis Thouard pour son ouvrage, Le partage des idées. Études sur la forme de la philosophie, (CNRS Éditions), 2007.

Le Prix Dagnan-Bouveret est attribué à Pierre-Henri Castel pour son ouvrage, À quoi résiste la psychanalyse ?, (PUF), 2006.

Le Prix Bordin est attribué à Frédéric Gros pour son ouvrage, États de violence. Essai sur la fin de la guerre, (Gallimard), 2006.

Le Prix Gegner est attribué à Jean-Louis Vieillard-Baron pour son ouvrage, Hegel. Système et structures théologiques, (Éditions du Cerf), 2006.


PRIX ATTRIBUÉS SUR PROPOSITION DE
LA SECTION DE MORALE ET SOCIOLOGIE

Le Prix Grammaticakis-Neumann est attribué à Emmanuel Plot pour son ouvrage Quelle organisation pour la maîtrise des risques industriels majeurs ? Mécanismes cognitifs et comportements humains, (L’Harmattan), 2007.

Le Prix Louis Marin est attribué à Ramine Kamrane et Frédéric Tellier pour On a oublié l’Iran. Un totalitarisme du XXe siècle, (Flammarion), 2007.

Le Prix du docteur Carrière est attribué à Paolo Grossi, attaché culturel auprès de l’Istituto italiano di Cultura de Paris, pour sa monographie sur notre confrère du Directoire Pierre-Louis Ginguené, historien de la littérature italienne, (Peter Lang), 2006. Je salue particulièrement la présence de Son Excellence M. l’ambassadeur de la République italienne à Paris, qui a tenu à saluer avec nous la qualité de ce travail.

Le Prix Joseph Saillet est attribué à Nicolas Beaupré pour Écrire en guerre, écrire la guerre. France, Allemagne 1914-1920, (CNRS Éditions), 2006.


PRIX ATTRIBUÉS SUR PROPOSITION DE
LA SECTION DE LÉGISLATION, DROIT PUBLIC
ET JURISPRUDENCE

Le Prix René Cassin est attribué à Pierre Capoulade, ainsi qu’à titre posthume à François Givord et Claude Giverdon, récemment disparu, pour La copropriété, (Dalloz), 2006.

Le Prix Dupin Aîné est attribué à Rana Chaaban pour La caducité des actes juridiques. Étude de droit civil, (LGDJ), 2006.

Le Prix Wolowski est attribué à Emmanuel Cartier pour La transition constitutionnelle en France (1940-1945). La reconstruction révolutionnaire d’un ordre juridique « républicain », (LGDJ), 2005.

Le Prix Limantour est attribué à Hervé Leuwers pour L’invention du Barreau français 1660-1830. La construction nationale d’un groupe professionnel, (EHESS), 2006.

PRIX ATTRIBUÉS SUR PROPOSITION DE
LA SECTION D’ÉCONOMIE POLITIQUE,
STATISTIQUE ET FINANCES

La Médaille Villermé – Fondation Lucien Dupont est attribué aux groupes de recherche Quart Monde Partenaire et Quart Monde Université, représentés par Claude Ferrand, directeur du programme, pour les travaux publiés aux éditions Quart Monde sous les titres Le croisement des savoirs (1999) et Le croisement des pratiques (2002).

Le Prix Rossi est attribué à Augustin Landier et David Thesmar pour Le grand méchant marché, (Flammarion), 2007.

PRIX ATTRIBUÉS SUR PROPOSITION DE
LA SECTION HISTOIRE ET GÉOGRAPHIE

Le Prix Jean Sainteny est attribué à Philippe Frey pour 50 degrés. Déserts brûlants, (Jean-Claude Lattès), 2007.

Le Prix Georges Mauguin est attribué à Odette Dossios-Pralat pour sa biographie de Michel Regnaud de Saint-Jean-d'Angély, serviteur fidèle de Napoléon, (Éditions historiques Teissèdre), 2007.

Le Prix Joseph du Teil est attribué à Jean-Louis Thiériot pour son Margaret Thatcher. De l'épicerie à la Chambre des Lords, (Éditions de Fallois), 2007.

Le Prix Gustave Chaix d'Est Ange est attribué à Jacques Lacroix pour ses trois volumes consacrés aux Noms d'origine gauloise, dont le dernier tome La Gaule des dieux, est paru chez Errance en 2007.

Le Prix Paul-Michel Perret est attribué à Henri de Wailly pour Syrie 1941, la guerre occultée : vichystes contre gaullistes, (Perrin), 2006.

Le Prix Drouyn de Lhuys est attribué à Yannick Marec pour Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles. Des expériences rouennaises aux politiques nationales, (Presses Universitaires de Rennes), 2006.

Le Prix Le Dissez de Penanrun est attribué à Jean-Marie Le Gall pour Le mythe de saint Denis entre Renaissance et Révolution, (Champ Vallon), 2007.

Le Prix Jacques Flach est attribué à François Igersheim pour L’Alsace et ses historiens 1680-1914. La fabrique des monuments, (Presses Universitaires de Strasbourg), 2006.

Le Prix Marcel Flach est attribué à Robert Steegmann pour Struthof. Le KL-Natzweiler et ses commandos : une nébuleuse concentrationnaire des deux côtés du Rhin 1941-1945, (La Nuée Bleue), 2005.

Le Prix Maurice Travers est attribué à Maurice Vaïsse pour la direction de l’ouvrage collectif De Gaulle et la Russie, Paris (CNRS Éditions), 2006.

PRIX ATTRIBUÉS SUR PROPOSITION DE
DE LA COMMISSION MIXTE 1

Les Commissions mixtes — qui sont au nombre de 3 — sont composées de représentants de chacune des 6 sections de l’Académie. Elles attribuent les prix dont la définition excède les compétences de chacune d’elles prises séparément.

La Bourse Marcelle Blum est attribuée à Isabelle Collet pour L’informatique a-t-elle un sexe ? Hackers, mythes et réalités, (L’Harmattan), 2006.

Le Prix François-Joseph Audiffred - Ouvrages est attribué à Georges de Ménil pour son ouvrage Common sense. Pour débloquer la société française, (Odile Jacob), 2007.

Le Prix Gallet est attribué à Dominique Terré pour Les questions morales du droit, (PUF), 2007.

Le Prix Carlier est attribué à Paul Bauer pour Deux siècles d’histoire au Père-Lachaise, (Mémoire et Documents), 2006.

Le Prix Jean Finot est attribué à Isabelle von Bueltzingsloewen, pour L’Hécatombe des fous. La famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation, (Aubier), 2007.

PRIX ATTRIBUÉS SUR PROPOSITION DE
LA COMMISSION MIXTE 2

Le Prix de la Fondation Araxie Torossian est attribué à Alessandra Pozzo pour la publication de sa thèse La glossolalie dans la culture occidentale, soutenue à l’EHESS le 23 octobre 2006.

Le Prix Henri Texier II est attribué à la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France, représentée par Paule Albrecht et Jacques Bonnafont, pour l’ensemble de son action.

Le Prix Henri Texier I est attribué à la thèse d’Olivier Le Bot, Le référé-liberté fondamentale. Contribution à l’étude de l’article L. 521-2 du Code de justice administrative, soutenue le 9 décembre 2006 à l’Université Paul Cézanne – Aix-Marseille III.

Le Prix Jules et Louis Jeanbernat et Barthélémy de Ferrari Doria est attribué à Marc Boninchi pour Vichy et l’ordre moral, (PUF), 2005.

Le Prix Eugène Salvan est attribué à la Fédération SOS Amitié France pour l’ensemble de son action. Cette médaille nous la dédions à tous les écoutants bénévoles qui, par leur dévouement, sauvent des vies et atténuent des souffrances. Je remercie de leur présence Daniel Boissaye, Michel Calmels, Jean-Claude Delerm, Sylvie Galardon, Muriel Joffre et Jean-Nicolas Mory, respondables passés et actuels de cette association et je leur demande de transmettre à tous nos encouragements.

Le Prix Lucien de Reinach est attribué à Raymond Boutin pour La population de la Guadeloupe de l’émancipation à l’assimilation (1848-1946), publié chez l’éditeur guyanais L’Ibis Rouge en 2006. Je remercie particulièrement Monsieur Boutin, qui est professeur à Basse-Terre, d’avoir fait le voyage depuis la Guadeloupe pour venir recevoir ici les lauriers que mérite son étude remarquable.

PRIX ATTRIBUÉS SUR PROPOSITION DE
LA COMMISSION MIXTE 3

Le Prix Luc Durand-Réville est attribué à l’Association Droit et Économie de la Santé en Afrique pour son action en faveur de la formation des cadres intermédiaires africains.

Le Prix Émile Girardeau est attribué à Pol Boucher pour la publication de sa traduction du De casibus perplexis in jure de Leibniz.

Le Prix du Général Muteau est attribué à l’amiral Émile Chaline pour la direction et la publication de l’Historique des Forces navales françaises libres, en 5 tomes, parus entre 1989 et 2006.

Le Prix Corbay est attribué à Antoine Champeaux pour Michelin et l'aviation, 1896-1945, Patriotisme industriel et innovation, (Lavauzelle), 2006.

Le Prix Thorlet est attribué à Gérard Donnadieu, pour Les religions au risque des sciences humaines, (Parole et Silence), 2006.

Le Prix Ernest Lémonon est attribué à Thierry Sanjuan pour la direction du Dictionnaire de la Chine contemporaine, (Armand Colin), 2006.

Le Prix Malouet est attribué à François Monnier et Guy Thuillier pour Administration. Vérités et fictions, (Économica), 2007.

PRIX ATTRIBUÉS SUR PROPOSITION
DE JURYS PARTICULIERS
OU DU BUREAU DE L’ACADÉMIE

Le Prix Pierre-Georges Castex de littérature française est attribué, pour l’ensemble de son œuvre, à Philippe Sellier, professeur émérite de littérature française à l’université Paris IV-Sorbonne, l’un des deux meilleurs connaisseurs de la littérature française du XVIIe siècle et de Pascal en particulier, de l’avis de notre confrère Jean Mesnard. C’est peu dire…

Le Prix Edmond Fréville est attribué à Marc Défourneaux pour Force des armes, force des hommes, (L'Harmattan), 2005. Je ne saurais manquer, en annonçant ce prix, de rappeler, à mon tour, la mémoire de notre confrère Pierre Messmer, qui a rénové cet ancien prix en le dotant et en lui donnant une orientation tournée vers les problèmes stratégiques contemporains. Il présidait, cette année encore et pour la dernière fois, le jury chargé de proposer un lauréat à notre Compagnie.

Le Prix de l’essai franco-allemand est attribué à Grégory Dufour pour la publication d’Apprendre l’Allemand tout au long de sa vie. L’exemple de la Lorraine, région frontalière.

La Grande médaille d’honneur de l’amitié franco-allemande pour la Construction européenne est attribuée à Edmund Stoiber pour le développement des échanges franco-bavarois lorsqu’il était ministre-président de la Bavière.

Le Prix comte Josserand de Saint-Priest d’Urgel est attribué à Henri Veyradier et Daniel Werba pour leur ouvrage Les récompenses des diocèses de France, premier ouvrage, paru cette année, de la maison d’édition « Histoire & Curiosités phaléristiques », fondée par Jean-Christophe Palthey.

Le Prix Bernard Destremau est attribué à Brice Panel, spécialiste du 400 mètre — qu’il court en 45’’54 — et étudiant en 6e année à l’INSA de Lyon. Mens sana in corpore sano. Voilà un adage qui désigne parfaitement ce jeune homme de 24 ans, auquel nous souhaitons tous, comme il le souhaite, de terminer brillamment ses études et de s’illustrer, l’an prochain, aux Jeux Olypiques.

PRIX DE L’INSTITUT DE FRANCE
ATTRIBUES SUR PROPOSITION DE L’ACADEMIE

Le Prix Claude Berthault est attribué à Nicolas Mariot pour Bains de foule. Les voyages présidentiels en province 1888-2002, (Belin), 2006.

Le Prix de la Fondation du chanoine Delpeuch est attribué à Bernard Berthod, heureux rénovateur du Musée de Fourvières à Lyon, pour l’ensemble de son œuvre et de son action en faveur du patrimoine religieux et, en particulier, en faveur de la connaissance des arts liturgiques.


Enfin, certaines Fondations ne distribuent pas de prix, mais œuvrent sur le terrain à l’amélioration de l’organisation de notre société. Tel est le cas pour la Fondation pour le Progrès en Éducation, créée en animée par Sylvaine Marandon, ainsi que pour la Fondation pour l’Avenir de la Relation, œuvre d’André Levesque.

L’Académie distribue aussi des aides sociales, conformément aux vœux de généreux philanthropes, sur les revenus, en particulier, des Fondations Daigremont, Schlumberger et Carnot.

Je renouvelle, au nom de tous mes Confrères, mes félicitations aux lauréats de l’année 2007 et je les remercie de contribuer, chacun à la place qui est la sienne, au progrès de la connaissance, au mieux-être de tous ainsi qu’à la gloire de notre nation et de notre culture.

Monsieur le Président vous remettra médailles et diplômes, à l’issue de la séance dans la Bibliothèque de l’Institut.