Séances publiques

 

 


Texte du débat

Autres communications de l'année

 

 

 

Travaux
Retour au sommaire du site ASMP - Académie des Sciences Morales et Politiques
Retour sommaire

Jean-Claude Berthélemy

SANTE ET DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE


séance du lundi 26 novembre 2007

1- Introduction

Le point de départ de cette communication est une interrogation de nature historique, celle de savoir quels facteurs ont différencié à partir des années 1950 les pays qui ont émergé des autres pays pauvres. La littérature économique abonde d’hypothèses sur les facteurs qui pourraient expliquer le miracle asiatique comparé à l’échec du développement dans la grande majorité des pays africains.

Parmi toutes les explications possibles, la santé et l’éducation ressortent très nettement comme différenciant, dès les années 1950, les pays émergents d’Asie des pays. Comme nous essaierons de le montrer, cette analyse permet d’aborder sous un angle nouveau les éléments d’une controverse récente entre économistes sur les effets de la santé sur la croissance économique, les uns lui attribuant un rôle central, d’autres lui déniant toute influence significative sur le progrès économique.

Cette analyse ne donne certainement pas une recette universelle pour identifier les politiques de développement qui pourraient aider les pays africains à sortir à leur tour de la misère. Elle permet néanmoins de mettre l’accent sur le fait qu’une grande majorité de ces pays est encore aujourd’hui, malgré quelques progrès recensés au cours des dernières décennies, dans une situation de pénurie extrême en matière de services de santé. Cette pénurie est telle qu’il serait illusoire de vouloir aider ces pays à se développer sur le plan économique tant que ce facteur de blocage n’aura pas été levés.

Beaucoup de commentateurs en concluent la nécessité d’augmenter fortement l’aide internationale à l’Afrique dans le secteur de la santé. Cette approche est cependant d’une pertinence limitée, et ce de plus en plus compte tenu de l’importance des efforts qui ont déjà été consentis pour accroître cette aide. Au-delà de la contrainte financière, bien d’autres défis doivent être relevés : celui de la faiblesse des ressources humaines et des mécanismes d’incitation dans les services de santé publique ; celui de la concentration des financements sur des grands programmes verticaux, notamment de lutte contre l’épidémie du VIH/SIDA, au détriment d’autres dépenses ; celui de la nécessité d’une approche intégrative, intégrant la santé, l’éducation et d’autres services publics de base dans une même stratégie, qui fait souvent défaut ; celui de l’absence de coordination de l’aide ; celui enfin de l’insuffisante prise en compte des considérations d’équité dans les politiques de santé des pays africains.

Dans un premier temps, nous discuterons des relations d’interaction qui existent entre le développement économique et les progrès en matière de santé, pour montrer la place centrale qui peut être occupée par ces interactions dans l’explication du sous-développement économique. Dans un second temps, nous étudierons les différents aspects des politiques de santé en Afrique qui peuvent participer au succès ou à l’échec des efforts entrepris pour améliorer la situation de ces pays dans ce domaine.


2- L’interaction dynamique entre progrès de la santé et développement économique

a) Les relations entre développement économique et progrès en matière de santé

Les relations entre la croissance et les progrès en matière de santé font l’objet d’une controverse à la fois théorique et empirique entre les économistes. On observe assez naturellement qu’il y a une corrélation entre les niveaux de revenu par habitant et les niveaux de santé. Cette relation s’observe aussi bien quand on considère l’espérance de vie et l’espérance de vie en bonne santé que les taux de survie des adultes et des enfants. Cependant il faut noter que cette relation n’est pas linéaire : entre les pays de notre premier quintile (avec un revenu par habitant inférieur à 2000 dollars en parité de pouvoir d’achat, aux prix de 1990) et les pays du deuxième quintile (entre 2000 dollars et 4000 dollars) le taux de survie des adultes au-delà de 60 ans passe de 54 % à 81 %. Pour des revenus supérieurs, les progrès de taux de survie deviennent marginaux. Par ailleurs, cette relation ne nous dit rien sur le sens de la causalité éventuelle entre ces deux variables.

En réalité la causalité est probablement bidirectionnelle. Nous disposons de plusieurs analyses permettant d’expliquer pourquoi la santé peut influencer les performances économiques, et d’autant d’arguments selon lesquels, en retour, le progrès économique entraîne celui de la santé.

Concernant le premier point, on sait tout d’abord que, au niveau microéconomique, l’état de santé des individus influence leurs capacités productives. Nous disposons d’un ensemble convergeant d’observations montrant le lien entre santé et productivité (voir par exemple Strauss et Thomas, 1998). Dans différents pays on observe un lien positif entre, d’une part, la stature et l’indice de masse corporelle des individus et, d’autre part, leurs salaires. Un lien existe aussi entre ces indicateurs et la participation des individus au marché du travail. De même, un lien négatif a été trouvé, notamment en Afrique, entre la prévalence de certaines maladies comme la bilharziose ou l’anémie et la productivité des agriculteurs.
L’état de santé peut exercer une influence sur les performances économiques également par des canaux plus indirects. Une meilleure santé et une espérance de vie plus longue sont autant d’incitations à investir dans l’éducation, dont les rendements sont alors mécaniquement plus élevés (Bloom et Canning, 2000). Les conditions de santé des enfants améliorent les taux de scolarisation et les résultats scolaires et réduisent l’absentéisme des enfants à l’école (Del Rosso et Marek, 1996). Un exemple de ce lien entre santé et éducation est fourni par une expérience menée au Kenya, qui ont montré que l’administration de vermifuges aux enfants était l’une des actions les plus efficaces pour améliorer le rendement du système scolaire (Miguel et Kremer, 2004).

D’autres canaux ont été étudiés. Une plus grande longévité conduit à un accroissement de l’épargne, nécessaire pour couvrir les besoins des individus au-delà de l’âge de la retraite (Bloom et Canning, 2000). Il y aurait également un « dividende démographique » associé à l’amélioration des conditions de santé, la réduction de la mortalité infantile jouant le rôle de facteur déclanchant de la transition démographique à travers son effet de réduction de la fécondité. Ce point est parfaitement illustré par le cas de l’Asie du Sud Est (Bloom, Canning et Malaney, 2000). Il peut y avoir enfin une complémentarité entre capital humain et capital physique : les entreprises investiront d’autant moins que leur personnel peut être affecté par des problèmes de santé. Au Botswana, les firmes multinationales auraient réduit leurs investissements depuis la propagation de l’épidémie du VIH/SIDA (Sala-i-Martin, 2005).

A l’inverse le progrès économique peut lui-même être à l’origine d’améliorations des conditions de santé. De manière évidente, des individus pauvres ne peuvent pas faire face aux dépenses en médicaments et en soins de santé qui seraient nécessaires pour faire face à la maladie. L’effet du revenu sur la santé passe aussi par le statut nutritionnel. Par ailleurs, le développement des services de fourniture d’eau potable et d’assainissement exerce un effet positif sur les conditions de santé de la population (Isely,1985). La fourniture de tels services doit faire l’objet de programmes de développement des services publics, mais ces politiques sont entravées par la faiblesse des revenus et des ressources économiques. Les fluctuations économiques peuvent avoir aussi des conséquences négatives à long terme sur la santé, comme l’a montré une étude récente sur l’Inde (Bhalotra, 2007).

Différents chercheurs ont contribué récemment à l’analyse de la relation qui pourrait exister, au niveau macroéconomique, entre la croissance économique et l’amélioration des conditions de santé, en utilisant des méthodes économétriques appropriées pour contrôler les risques d’erreur d’interprétation du sens de la causalité entre les variables. Ces travaux ne permettent cependant pas de déboucher sur un consensus, les uns (Bloom et Canning, 2005) concluant à l’existence d’une forte influence de l’amélioration des conditions de santé sur la croissance économique, d’autres (Acemoglu et Johnson, 2006) concluant que l’amélioration des conditions de santé n’a eu aucune influence significative sur la croissance.

b) L’hypothèse d’un piège de pauvreté associé aux conditions de santé

Pour tenter d’aller un peu plus loin, nous proposons une approche alternative, visant à répondre à une question plus limitée : est-ce que les progrès dans la santé sont à même d’influencer qualitativement la trajectoire de croissance des pays en développement ? Autrement dit, la relation semble-t-il non linéaire entre santé et revenu par habitant correspond-elle à l’existence d’un saut qualitatif, à l’occasion duquel des progrès dans les conditions de santé auraient permis un décollage de la croissance ?

Cette question alternative a des bases théoriques solides. En effet, dès lors que l’on accepte l’existence d’une causalité réciproque entre la santé et les performances économiques, il est tout à fait possible d’observer une multiplicité d’équilibres. Le passage d’une situation avec faible revenu et mauvais état de santé de la population à une situation caractérisée par des revenus plus élevés et des conditions de santé proches de celles des pays développés s’interpréterait alors comme un saut qualitatif d’un équilibre bas à un équilibre haut (Sala-i-Martin, 2005). Une spirale vertueuse entre santé et développement économique a pu être observée en Asie de l’Est au cours des dernières décennies (Bloom et Canning, 2000). A l’inverse les pays africains sont en grande majorité enfermés dans un piège de sous-développement. Cet enlisement dans la misère apparaît non seulement au niveau macro-économique, mais aussi au niveau micro-économique auquel cas on peut lui donner plutôt le nom de piège de pauvreté (Berthélemy, 2006).

Il en résulte une distribution bimodale des indicateurs de santé dans le monde : une minorité significative de pays conserve un état de santé médiocre, correspondant à une espérance de vie plafonnant autour de 45-50 ans en 2004, tandis que la majorité des pays converge vers une espérance de vie qui était déjà au moins de l’ordre de 70-75 ans la même année (Mayer-Foulkes, 2005).

La difficulté avec cette approche reste qu’il y a un grand nombre d’hypothèses alternatives pouvant justifier l’existence de pièges de sous-développement, au-delà des interactions réciproques entre santé et développement économique. Les interactions entre capacité à épargner et pauvreté (Nurkse, 1953, et Nelson, 1956), entre transition démographique et développement économique (Leibenstein, 1954), entre éducation et croissance (Azariadis et Drazen, 1990), entre conflits et pauvreté (Collier, 2006), constituent quelques exemples bien connus de sources potentielles de pièges de sous-développement.

Dans une étude antérieure (Berthélemy, 2006) nous avons proposé une méthode pour détecter quels sont les facteurs qui ont le plus probablement contribué à maintenir les pays africains dans un piège de sous-développement au cours des dernières décennies, alors que d’autres pays initialement comparables, principalement en Asie, réussissaient dans le même temps leur décollage économique. L’approche consiste tout d’abord à identifier les pays qui, depuis 1950, seraient sortis de la pauvreté pour devenir par la suite des pays à revenu intermédiaire, voire des pays développés, et à chercher en quoi ces pays ont été initialement différent des autres pays pauvres. L’intuition générale est qu’un pays qui aurait échappé à un piège de sous-développement doit avoir connu une dynamique de croissance bien particulière : dans un premier temps, il doit avoir suivi un sentier de convergence vers un niveau de revenu relativement bas, puis il doit avoir connu une accélération de sa croissance lui permettant de converger par la suite vers un niveau nettement supérieur. L’application systématique de ce principe nous a permis de détecter 13 pays initialement très pauvres, qui ont connu une telle dynamique. Ces pays sont majoritairement en Asie, à l’exception du Botswana, du Lesotho, de la Tunisie et de la République dominicaine. Pour tous ces pays, le rebond de croissance démarre dans les années 1960. Nous avons alors comparé ces pays avec les autres pays de même niveau de vie en 1950 qui quant à eux n’ont pas progressé ou ont progressé faiblement, et qui sont majoritairement en Afrique. La comparaison systématique des données structurelles de ces deux groupes de pays livre une conclusion dénuée de toute ambiguïté : parmi les variables qui auraient pu justifier un piège de sous-développement initial, seules les variables de capital humain, qu’il s’agisse de la santé ou de l’éducation, différencient ces deux groupes de pays dans les années 1950 et au début des années 1960. En 1950, pour des revenus comparables, les habitants des pays qui allaient devenir émergents avaient une espérance de vie de 46 ans, supérieure de 9 ans à celle des autres pays pauvres. Le taux de mortalité infanto juvénile de de leurs enfants était de 160 pour mille, contre 280 pour mille dans les autres pays pauvres. Leurs taux de scolarisation primaire étaient de 60% au début des années 50, contre 20% dans les autres pays pauvres. Par contraste, il n’y a aucune différence significative entre les deux groupes de pays en ce qui concerne les taux d’épargne et d’investissement, l’existence de conflits internes ou d’autres variables susceptibles d’influencer les performances économiques comme le degré de démocratie ou les conditions géographiques.

Une critique que l’on peut faire à l’encontre de cette démonstration est que les pays africains ont tout de même réalisé des progrès entre 1960 et 1980 en matière de santé et éducation, les rapprochant la situation des pays émergents dans les années 1950. Pour autant pratiquement aucun d’entre eux n’a émergé plus tard.

c) Y a t il un paradoxe africain ?

Plusieurs facteurs concourent à expliquer ce paradoxe apparent.

Certaines de ces explications ne relèvent pas de la problématique santé et développement, mais méritent d’être mentionnées. Tout d’abord, tous les pays africains ont été frappés par la crise de la dette des années 1980. Même si cette crise avait un caractère endogène, elle a aussi été amplifié par des évènements extérieurs, notamment la crise financière en Amérique latine, qui ont conduit par effet de contagion à donner à cette crise une ampleur sans précédent. Si des pays comme l’Indonésie ou les Philippines ont pu, dans les années 1960, surmonter des crises d’endettement qui n’ont fait que ralentir et pas stopper leur émergence, il n’en a pas été de même en Afrique dans les années 1980 et l’on peut supposer que les effets de contagion y sont pour quelque chose. Ensuite les pays qui ont émergé dans les années 1960 n’étaient pas soumis à la même concurrence internationale que celle que l’on connaît aujourd’hui dans le contexte de la mondialisation. En particulier des progrès éducatifs centrés sur l’instruction primaire ont permis à des économies comme la Corée et Taiwan de s’industrialiser dès les années 1960, ce qui serait impossible aujourd’hui sans un niveau plus élevé de capital humain.

Ensuite, il y a aussi des explications qui relèvent de l’analyse des conditions de santé dans les pays africains. La première tient aux incertitudes qui pèsent sur les indicateurs de mesure des progrès de santé, notamment en Afrique. Les progrès qui sont recensés par les statistiques des Nations Unies sont en partie en contradiction avec des observations réalisées sur la base des données des enquêtes démographie – santé conduites dans un grand nombre de pays africain (Moradi, 2007). Spécifiquement, ces enquêtes peuvent être utilisées pour évaluer l’évolution de la stature des individus en fonction de leur année de naissance. Une augmentation de la taille est en général considérée comme corrélative des progrès en matière de santé et nutrition.

Les données d’enquête montrent que la taille des individus nés entre 1950 et 1980 n’a augmenté que dans 5 pays africains sur les 28 pays pour lequel des données sont disponibles. Parmi les autres pays, 6 ont connu une diminution tendancielle de la taille des individus, 5 une stabilité de cette taille, et 12 une progression dans les deux premières décennies puis une diminution dès le début des années 1970. Même si l’évolution de la stature dépend à la fois de la nutrition et des conditions de santé, ces données paraissent peu compatibles avec les progrès en matière de santé retracés dans les statistiques des Nations Unies depuis 1950, étant donné que, au moins jusqu’aux années 1970, aucun indicateur ne révèle une aggravation des conditions d’alimentation en Afrique. Il est donc probable que les données d’espérance de vie présentent une vue exagérément optimiste de l’évolution des conditions de santé en Afrique au cours des années 1950 à 1980.

Une dernière raison pouvant expliquer l’absence de sortie du piège de sous développement en Afrique à partir des années 1980 est l’apparition de l’épidémie du VIH/SIDA, qui a considérablement affecté les conditions de santé de nombreux pays africains, et conduit à un recul par rapport aux progrès observés antérieurement. L’espérance de vie a régressé dans toutes les régions africaines entre 1980-1985 et 1995-2000. En Afrique australe, où les perspectives de développement étaient probablement les meilleures initialement, cette régression a fait perdre en moyenne 8 années d’espérance de vie, ramenant ainsi cette région au niveau qu’elle avait atteint dans les années 1960. Ainsi, un certain nombre de pays, qui n’avaient jamais été aussi près de réunir les conditions d’une sortie du piège de sous-développement qu’au début des années 1980 en raison des progrès qu’ils avaient enregistrés en matière de capital humain, ont perdu une grande partie de ces acquis en l’espace d’une décennie par suite de la propagation de l’épidémie du VIH/SIDA.

Il est donc plus que jamais nécessaire de faire des progrès en matière de santé en Afrique, ce qui appelle des réponses vigoureuses de la part des politiques de développement.


3- Quelles réponses des politiques de développement ?

La première réponse qui est souvent donnée face au problème posé par le piège de sous-développement associé à la santé est d’augmenter les financements à la santé. C’est dans une large mesure la réponse donnée par un certain nombre de bailleurs de fonds, et qui a conduit à des initiatives telles que Unitaid, créée pour apporter des financements pour l’achat de médicaments destinés aux pays en développement.

Toutefois, l’augmentation des financements à la santé ne peut à elle seule répondre au problème posé. De plus, plus les nouveaux financements disponibles pour le secteur de la santé sont nombreux et plus il faut se préoccuper de considérations d’efficacité dans l’utilisation de ces fonds, et aussi d’équité.

a) La question des financements

Un effort spécifique a été fait en matière d’aide au secteur de la santé, notamment sous l’impulsion de la Commission sur la macroéconomie et la santé de l’OMS (Sachs, 2001), qui indiquait la nécessité d’accroître l’aide internationale à la santé de l’ordre de 4 milliards de dollars en 2001 à 27 milliards de dollars en 2007. Même si on est très loin de cette tendance, l’effort en faveur du financement de la santé s’est accru dans les années récentes, de même que le nombre d’intervenants a augmenté, à tel point qu’il devient difficile de simplement comptabiliser l’aide accordée au système de santé (Center for Global Development, 2007). Aux bailleurs de fonds publics traditionnels s’ajoutent différentes initiatives privées, ou en partenariat public-privé, telles que le Fond mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. L’aide publique aux secteurs santé et politique de population s’élevait en 2005 à environ 13 milliards de dollars, contre 4 milliards en 2001.

Justifier une politique axée sur l’augmentation de l’aide dans le secteur de la santé suppose que la contrainte de financement soit le principal obstacle à l’amélioration de la santé dans les pays en développement. Cela n’est pas certain dans les pays les plus pauvres, qui sont pour la plupart en Afrique. A l’intérieur de ce groupe de pays, on constate une absence totale de corrélation entre les dépenses de santé et l’état de santé de la population. Des pays comparables du point de vue de leurs revenus par habitant et de leur situation géographique ont des performances de santé comparables malgré des dépenses de santé très différentes. En Ethiopie, l’espérance de vie est de 50 ans pour des dépenses de santé de 20 dollars par habitant, en Ouganda elle est comparable, pour des dépenses de santé de 75 dollars par habitant.

Par conséquent, au-delà de la question du montant d’aide apporté aux secteurs de santé, il faut avant tout se préoccuper de l’efficacité de cette aide. Cette préoccupation est d’autant plus importante que la forte augmentation des budgets d’aide en elle-même réduit son efficacité.

Un premier niveau d’analyse est celui de savoir si l’aide allouée dans le secteur de la santé est destinée à des usages où cette aide a un impact maximal sur les conditions de santé. La comparaison des fardeaux relatifs des différentes maladies et de la distribution de l’aide qui est reçue pour y faire face suggère que cette distribution est très déséquilibrée. Les fonds destinés à la lutte contre le VIH/SIDA et les autres MST, qui représentent moins de 6% du fardeau de maladie, représentent près de 30 % du total de l’aide dans le secteur de la santé. A l’inverse, les maladies non contagieuses qui représentent près de la moitié du fardeau ne se voient attribuer qu’un peu plus de 20 % de l’aide. Sachant que la lutte contre le VIH/SIDA, du moins dans la composante traitement de la maladie, a un rapport coût efficacité très défavorable, comparé à des actions de vaccination, de traitement des maladies infectieuses courantes et de prévention contre le paludisme, les choix d’allocation effectués par les bailleurs de fonds n’apparaissent pas toujours pertinents.

b) Augmentation de l’aide et organisation des systèmes de santé

La question de l’efficacité des dépenses publiques dans le secteur de la santé pose une série de problèmes spécifiques dans le contexte de l’augmentation des budgets d’aide. Différents problèmes qui entravent le fonctionnement des systèmes de santé en Afrique ne peuvent pas être résolus simplement par l’augmentation de l’aide. Notamment, la pénurie des personnels de santé est très grave et s’accroît, en raison de l’émigration massive des personnels de santé qualifiés vers l’Europe et les Etats-Unis, notamment dans les pays fortement touchés par l’épidémie du VIH/SIDA. L’accroissement de l’aide au secteur de la santé ne contribue pas sensiblement à résoudre ce problème, quand il ne l’aggrave pas en raison de l’utilisation d’une partie des personnels qualifiés qui sont restés dans leur pays pour des tâches liées à l’administration de l’aide. Cette pénurie quantitative est accrue par une absence de motivation des personnels de santé publique faute de systèmes d’incitation, qu’il est bien difficile de mettre en place dans les cadres rigides du service public. On peut parler d’une véritable crise des ressources humaines dans le secteur de la santé en Afrique (USAID, 2003), qui appelle des actions dans plusieurs dimensions, dont certaines ne peuvent pas reposer principalement sur l’aide financière extérieure, comme une meilleure gestion des personnels de santé, visant à améliorer l’utilisation des ressources humaines, à réduire l’absentéisme et à prévenir la corruption. Il y a des avancées possibles dans ces domaines. Le rapport 2006 de Transparency international met en lumière la corruption dans les systèmes de santé, en Afrique comme ailleurs, mais donne aussi des exemples de réussite de la lutte contre cette corruption, comme le renforcement de la lutte contre la contrefaçon des médicaments au Nigeria, qui aurait permis de réduire de 80 % la quantité de médicaments illégaux en circulation entre 2001 et 2004.

L’efficacité du système est par ailleurs réduite en raison d’un manque de coordination entre des différents intervenants entre eux et avec les gouvernements bénéficiaires (Dodd et al., 2007). Les bailleurs de fonds traditionnels eux-mêmes ne se coordonnent que très imparfaitement, même si depuis la déclaration de Paris de 2005 sur l’efficacité de l’aide des progrès sont envisageables pour l’avenir.

La mise en place de stratégies sectorielles, cofinancées par des donateurs, permet de répondre en partie à ces problèmes, mais de manière imparfaite. L’aide n’est pas toujours alignée sur les priorités des gouvernements bénéficiaires. Ainsi, la part très grande de l’aide attribuée au secteur de lutte contre le VIH/SIDA ne correspond pas en général aux priorités des gouvernements (McKellar, 2005).

L’affectation de l’aide à des objets particuliers n’est pas la seule source de complexité. D’après le FMI (2007), seulement une part minoritaire de l’aide transite par le budget des pays bénéficiaires, une grande partie étant distribuée à travers des initiatives telles que le Fonds Mondial, et administrée par des structures souvent privées, parallèles aux structures étatiques. Ces fonds internationaux, dont le nombre total est estimé entre 75 et 100 (Dodds et al. 2007), représentent une part importante, s’approchant du tiers, des nouveaux financements dans le secteur de la santé. Ces nouvelles initiatives ont le mérite d’avoir mobilisé des ressources supplémentaires pour la santé et de dynamiser l’action d’organisations communautaires et du secteur privé, mais la création de toutes ces nouvelles entités sur le terrain complique la tâche des gouvernements. En dehors des difficultés d’harmonisation ainsi créées, ces initiatives verticales déséquilibrent le secteur de la santé au détriment de programmes horizontaux destinés à améliorer le fonctionnement d’ensemble du système de santé publique. Elles créent un risque réel d’éviction, notamment en ce qui concerne les personnels de santé, dont l’insuffisance numérique est amplifiée par l’attraction de ces personnels vers ces nouveaux programmes disposant de ressources financières importantes comparées à celles des budgets publics. Ils contribuent de ce fait à la réduction des moyens disponibles pour prendre en charge les maladies négligées, dont beaucoup, telles que des infections maladies respiratoires et entériques, pourraient être soignées à moindre coût.

L’approche verticale n’est pas non plus favorable à l’intégration de la stratégie du secteur de la santé dans les stratégies de développement, alors que l’on sait qu’il est nécessaire d’avoir une approche intégrative. Les interactions déjà mentionnées de la santé avec l’éducation, l’accès à l’eau potable et d’autres infrastructures, et plus généralement avec le développement économique doivent être prises en compte dans la politique de santé.

La coordination entre les donateurs pourrait être partiellement renforcée par une division du travail entre eux. Des arrangements de coopération déléguée dans lesquels un donateur agit pour le compte d’autres donateurs sont déjà utilisés dans certains cas, dans le secteur de la santé comme dans d’autre secteur. Ces arrangement sont cependant plutôt moins fréquents en Afrique qu’ailleurs.

Il est également nécessaire de mener des réformes institutionnelles du secteur de la santé dans son ensemble, orientées vers la mise en place de système de contractualisation (Perrot, 2006), afin que les différents acteurs du secteur, publics, associatifs ou privés, et nationaux ou étrangers, travaillent en partenariat.

c) Inégalités, pauvreté et équité

Les problèmes de santé étant, dans les pays pauvres, fortement concentrés dans les couches les plus défavorisées de la population, la question de l’équité dans les politiques de santé se pose avec une très grande acuité. Il y a au niveau microéconomique comme au niveau macroéconomique un piège de pauvreté associé à la santé : une famille frappée par la maladie de l’un de ses membres peut se retrouver durablement appauvrie du fait de la perte de revenus associée à la maladie et du coût de l’accès aux soins. Afin d’améliorer les conditions de santé de la population dans son ensemble il faut donc porter une attention particulière aux pauvres, qui sont les premiers pour lesquels l’enclenchement d’un cercle vicieux entre détérioration des conditions de santé et approfondissement de la pauvreté peut se manifester.

Différents travaux récents ont permis de progresser dans ce domaine, tant sur le plan conceptuel qu’empirique. Une première approche consiste à étudier l’incidence des bénéfices retirés des politiques de santé publique par les différentes catégories de la population. On peut ainsi évaluer quels sont les transferts implicites reçus par les différentes couches de la population à travers l’utilisation de ces services de santé. En Afrique, la réponse est presque invariablement que les pauvres sont faiblement bénéficiaires de ces politiques. Seule l’Afrique du Sud présente une politique de santé qui globalement ne défavorise pas les pauvres.

Des données rassemblées sur 26 pays africains et non africains montrent par ailleurs que la distribution des dépenses de santé est relativement plus favorable au quintile le plus riche en Afrique qu’ailleurs (Davoodi et al. 2003). En Afrique le quintile le plus riche bénéficie de 2,2 fois plus de dépenses publiques de santé que le quintile le plus pauvre, contre un ratio de 1,4 dans l’ensemble des pays considérés.

L’inégalité d’accès aux dépenses de santé publique résulte en partie en Afrique, comparée aux autres régions en développement, de la distribution géographique de la population. Cette distribution, caractérisée par une faible urbanisation, n’est pas favorable à une égalité distributive sauf si l’on développe systématiquement les centres de santé primaire sur tout le territoire, sachant que la très grande majorité des pauvres vit dans le monde rural. Ce sont les citadins qui bénéficient de l’essentiel des dépenses hospitalières en particulier. Des politiques de gratuité de certains soins, malgré leurs objectifs sociaux, peuvent contribuer elles-mêmes à l’inégalité de la distribution des dépenses publiques de santé. A titre d’exemple, la distribution gratuite des anti-rétroviraux, décrétée dans différents pays ces dernières années, comme par exemple au Mali, peut se transformer en subvention pour les individus les moins pauvres, étant donné que l’accès aux anti-rétroviraux est limité aux quelques centres de soins disposant de personnels qualifiés pouvant administrer ce traitement. A l’inverse, il faut développer des services de santé ciblés sur les pauvres, ce qui suppose une politique de décentralisation et l’extension des centres de santé primaire (Marek, Eichler et Schnabl, 2006).

Sans surprise, les conditions de santé des couches les plus pauvres de la population sont nettement moins bonnes que celles des plus riches. Non seulement les pauvres bénéficient de relativement peu de dépenses publiques de santé, mais en plus la majorité des dépenses de santé en Afrique sont privées plutôt que publiques et dépendent donc des revenus des ménages, y compris chez les ménages les plus pauvres. Des données publiées récemment par la Banque mondiale (Gwatkin et. al., 2007) révèlent ainsi que, en Afrique, les enfants du quintile le plus pauvre ont environ 1,7 fois plus de risque de décéder avant l’âge de 5 ans que les enfants du quintile le plus riche, 2,6 fois plus de risque d’être affectés de rachitisme aigu et 3,1 fois plus de risque d’avoir une insuffisance pondérale sévère. De ce point de vue, toutefois, l’Afrique fait en général un peu mieux que d’autres régions, notamment l’Amérique latine, en partie en raison d’une inégalité de distribution des revenus moins forte.

L’approche précédente est toutefois plus en termes d’inégalité que d’inéquité. Pour juger de l’équité des politiques publiques de santé, il faut pouvoir évaluer si des individus présentant les mêmes besoins reçoivent les mêmes services de santé. Bien que des progrès importants aient été faits dans ce domaine sur le plan conceptuel, nous disposons encore de peu de données permettant de faire un bilan sur cette question.

Les données publiées par la Banque mondiale permettent d’étudier l’accès aux soins, à besoins identiques, en fonction de la richesse des ménages (Gwatkin et al., 2007). Elles montrent que les politiques de santé sont inéquitables en Afrique, souvent plus qu’ailleurs. L’accès à un accouchement assisté et aux méthodes contraceptives pour les femmes est plus de 3 fois plus fréquent dans le quintile le plus riche que dans le quintile le plus pauvre. L’accès aux vaccins pour les enfants est également très concentré en Afrique, de même que l’accès aux soins en cas de fièvres, d’affections respiratoires et de diarrhées. Seule l’Asie du Sud fait de ce point de vue moins bien que l’Afrique. Toutes ces informations concourent à souligner le caractère inéquitable des politiques de santé publique en Afrique, ce qui réduit d’autant la capacité de ces politiques à contribuer à la réduction de la pauvreté.


4- Conclusion

En conclusion, l’amélioration des conditions de santé en Afrique devrait être une priorité dans les politiques de développement, non seulement parce que l’Afrique est la région du monde où les conditions de santé sont les plus mauvaises, mais aussi parce que ces mauvaises conditions de santé contribuent à enfermer, au niveau macroéconomique, les économies africaines dans un piège de sous-développement et, au niveau microéconomique, de nombreux ménages africains dans un piège de pauvreté. L’expérience historique des pays émergents montre que l’amélioration des conditions de santé a joué un rôle décisif au démarrage de leur processus de développement, à un moment où ces pays ne disposaient que de faibles ressources financières, propres ou procurées par l’aide internationale.

Faire des progrès en matière de santé en Afrique suppose des efforts qui vont bien au-delà de l’augmentation de l’aide financière internationale. Les initiatives récentes en ce sens ont leur utilité, mais elles ne peuvent se substituer à des réformes des systèmes de santé. Ceci est d’autant plus vrai que les grands programmes verticaux qui ont été lancés peuvent contribuer à la désorganisation des systèmes de santé en raison des effets d’éviction qu’ils créent sur les ressources locales, notamment en personnels de santé qualifiés. Ceci se fait notamment au détriment de la prise en charge des maladies négligées.

Ces réformes requièrent de trouver des solutions à la crise des ressources humaines dans les secteurs de la santé, de créer un partenariat entre tous les acteurs du système de santé par la mise en place de politiques de contractualisation, d’intégrer la politique de santé dans la politique de développement et dans les stratégies de réduction de la pauvreté.

La question de l’équité dans les politiques publiques de santé se pose aussi avec une acuité particulière en Afrique. Il est nécessaire de mener des actions ciblées sur les pauvres. Compte tenu du rôle que joue la santé dans les pièges de pauvreté, ces considérations d’équité doivent être mises en avant non seulement pour elles-mêmes mais aussi tout simplement pour renforcer l’efficacité des politiques de santé.


Références

Acemoglu, Daron, et Simon Johnson (2006), Disease and Development: The Effect of Life Expectancy on Economic Growth, NBER Working Paper 12269.

Berthélemy, Jean-Claude, 2006, Clubs de convergence et équilibres multiples : comment les économies émergentes ont-elles réussi à échapper au piège du sous-développement, Revue d’économie du développement, 14(1), 5-44.

Bhalotra, Sonia, The Irreversible Health Effects of Economic Fluctuations, mimeo, University of Bristol.

Bloom, David E., et David Canning, 2000, The Health and Wealth of Nations, Science, 287 (5456), 1207-209.

Bloom, David E., et David Canning, 2005, Health and Economic Growth : Reconciling the Micro and Macro Evidence, mimeo, Harvard School of Public Health.

Bloom, David E., David Canning, and Pia Malaney, 2000, Demographic Change and Economic Growth in Asia. Population and Development Review 26(supplement), 257–90.

Castro-Leal, J. Dayton, L. Demery, et K. Mehra, 2000, Public spending on health care in Afrca : do the poor benefit ?, Bulletin of the World Health Organization, 78(1) : 66-74.

Center for Global Development, Following the Money : Toward Better Tracking of Global Health Resources, Report of the Global Health Resource Tracking Group, 2007.

Collier, Paul, 2006, African Growth : Why a ‘Big Push’ ?, Journal of African Economies 15(Supplement 2) :188-211

Davoodi, Hamid R., Erwin R. Tiongson, et Sawitree S. Asawanuchit, 2003, How Useful Are Benefit Incidence Analyses of Public Education and Health Spending ?, IMF Working Paper n° 03/227.

Del Rosso, Joy Miller, et Tonia Marek (1996), Class Action : improving School Performance in the Developing World through Better Health and Nutrition, The World Bank.

Dodd, Rebecca, George Schieber, Andrew Cassels, Lisa Fleishe, and Pablo Gottret (2007), Aid Effectiveness and Health, WHO / HSS / healthsystems, WP n°9, 2007.

Gwatkin, Davidson R., Shea Rutstein, Kiersten Johnson,Eldaw Suliman, Adam Wagstaff, et Agbessi Amouzou, 2007, Socio-economic differences in health, nutrition, and population within developing countries – An overview, The World Bank, Washington DC.

Isely, Raymond B. , 1985, Water supply and sanitation in Africa, World Health Forum, 6, 213-19.

International Monetary Fund, 2007, Fiscal Policy Response to Scaled-Up Aid : Macro-Fiscal and Expenditure Policy Challenges, Fiscal Affairs Department, IMF.

Leibenstein, Harvey, 1954, Theory of Economic-Demographic Development, Princeton University Press.

MacKellar, Landis, 2005, Priorities in Global Assistance for Health, AIDS and Population (HAP), OECD Development Centre n°244.

Marek, Tonia, Rena Eichler, et Philip Schnabl, 2006, Allocation de ressources et acquisition de services de santé en Afrique : Qu’est-ce qui est efficace pour améliorer la santé des pauvres ?, Banque mondiale, documents de travail sur le développement humain dans la région Afrique n° 105.

Mayer-Foulkes, David, 2005, Human Development Traps and Economic Growth, in Guillem López-Casasnovas, Berta Rivera and Luis Currais (ed.), Health and Economic Growth : Findings and Policy Implications, MIT Press : 115-42

Miguel, Edward, et Michael Kremer, Michael, 2004, Worms : Education and Health Externalities in Kenya, Econometrica, 72 (1), 159-217.

Nelson, Richard, 1956, A Theory of the Low-Level Equilibrium Trap in Underdeveloped Economies, American Economic Review, 46 (5) : 894–908.

Nurkse, Ragnar, 1953, Problems of Capital Formation in Underdeveloped Countries, Oxford : Basil Blackwell.

Perrot, Jean, Different approaches to contracting in health systems, 2006, Bulletin of the World Health Organization, 84(11):, 859-66.

Sachs, Jeffrey D. (sous la direction de), 2001, Macroeconomics and health : Investing in health for economic development, Report of the Commission on Macroeconomics and Health, WHO, 2001.

Sala-i-Martin, Xavier, 2005, On the Health-Poverty Trap, in Guillem López-Casasnovas, Berta Rivera and Luis Currais (ed.), Health and Economic Growth: Findings and Policy Implications, MIT Press: 95-114

Strauss, John, et Duncan Thomas, 1998, Health, Nutrition and Economic Development, Journal of Economic Literature, 36, 766-817.

Transparency international, 2006, Global corruption report 2006.

USAID, 2003, The Health Sector Human Resource Crisis in Africa : An Issues Paper.