Communiqués

 


Michel Péberau

 

 

 

Vie de
l'académie
Retour au sommaire du site ASMP - Académie des Sciences Morales et Politiques
Retour sommaire
lundi 26 novembre 2007 à 15h00

Élection de M. Michel Pébereau

comme membre titulaire de l’Académie
au fauteuil laissé vacant
par le décès de Pierre Tabatoni


Michel Pébereau a été élu, au premier tour de scrutin, membre de l’Académie des Sciences morales et politiques, dans la section Économie politique, Statistique et Finances, au fauteuil laissé vacant par le décès de Pierre Tabatoni.

Michel Pébereau, 65 ans, a eu une brillante carrière dans l’administration, puis dans la banque, tout en jouant un rôle important dans des institutions d’enseignement et des organes d’intérêt général.

Polytechnicien, inspecteur des finances, il a passé plusieurs années à la Direction du Trésor, où il a notamment présidé le Club de Paris, organisme de gestion des dettes des pays pauvres. Il a aussi fait partie du cabinet du Ministre des Finances, comme conseiller technique de Valéry Giscard d’Estaing, puis, beaucoup plus tard, directeur de celui de René Monory.

Il a ensuite dirigé le Crédit Commercial de France, dont il a conduit et réussi la privatisation. Puis il a fait de même à la Banque Nationale de Paris. Il a considérablement développé cette banque, notamment par l’acquisition de la Banque Paribas, et par la très belle réussite financière et humaine de l’intégration des deux organisations. Il a ainsi fait de BNP Paribas une des grandes banques mondiales.

Président non-exécutif de BNP Paribas depuis 2003, il est une figure de premier plan de la finance internationale ; il est, en particulier, Président de la Fédération Bancaire Européenne.
Pendant toute sa carrière, Michel Pébereau a manifesté un intérêt pour l’enseignement, comme maître de conférences à l’ENSAE et à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, dont il préside le Conseil de Direction depuis 1988. Il a publié des ouvrages de référence sur la politique économique de la France.

En 2001, il a fait une communication à l’Académie sur le système bancaire français dans le marché mondial.

Dans le monde de l’entreprise il a participé à de nombreux travaux au sein de l’Institut de l’Entreprise, notamment un rapport remarqué sur « le capitalisme du XXIe siècle ». Il est Président de l’Institut de l’Entreprise et en a développé le rayonnement, notamment par l’organisation d’un « Débat 2007 » à l’occasion des dernières élections présidentielles. Son intérêt pour l’éducation l’a conduit à être le porte-parole du patronat sur ces questions et il est membre du Haut Conseil de l’Education.
Son rapport sur la dette publique de la France, rédigé en 2006 à la demande du Ministre des Finances de l’époque, a beaucoup contribué à mettre en évidence le poids insupportable de la dette et la nécessité de la réduire, thème qui s’est imposé dans la dernière campagne électorale, même si sa mise en œuvre reste aussi difficile.

Esprit libéral, convaincu des bienfaits d’une économie de liberté, il développe ses thèses avec une clarté, une précision et un équilibre qui en font un des chefs d’entreprise les plus écoutés et les plus influents.