Communiqués

 

Vie de
l'académie
Retour au sommaire du site ASMP - Académie des Sciences Morales et Politiques
Retour sommaire

Séance publique solennelle 2007
de l'Académie


Le lundi 12 novembre, l’Académie a tenu sa séance publique annuelle, sous la Coupole de l’Institut de France, en présence de M. Didier Migaud, Président de la Commission des finances, de l’économie générale et du plan de l’Assemblée nationale, du sénateur Alain Lambert, de M. Philippe Séguin, Premier président de la Cour des comptes, de M. Arnaud d’Hauterives, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, de nombreux ambassadeurs, de très nombreux Académiciens et invités, et des nombreux lauréats des fondations de l’Académie.

M. le Président Lucien Israël a tout d’abord salué la mémoire des membres de l’Académie disparus au cours de l’année, Édouard Bonnefous, Chancelier honoraire de l’Institut de France, Jean-Marie Zemb, Henri Amouroux, Raymond Barre, Pierre Messmer, ancien Secrétaire perpétuel de l’Académie, puis Chancelier de l’Institut de France, le physicien Carl-Friedrich von Weizsäcker, membre associé étranger, ainsi que Monseigneur Bernard Jacqueline, correspondant.

Il a également salué l’arrivée dans la Compagnie de trois nouveaux membres, M. Gilbert Guillaume, Mme Mireille Delmas-Marty et Mme Chantal Delsol.

Il a ensuite fait part de ses réflexions sur le thème d’étude de son année de présidence « Santé, médecine et société » et il a dénoncé le paradoxe qui voit « les médecins, surmenés, démotivés, s’interroger sur leur avenir, sur les déserts médicaux qui gagnent du terrain, sur les hôpitaux en déficit manquant cruellement de personnel, sur la formation des jeunes générations à l’art médical alors que la France dispose de plus de médecins qu’elle n’en a jamais comptés ».

Il s’est par ailleurs adressé aux pouvoirs publics et « à toutes les instances concernées » pour prôner une politique active d’information et de prévention en matière de santé, moyen peu coûteux et efficace d’éviter ou de retarder les dépendances liées à la maladie et à l’âge.

M. le vice-Président François Terré a lu le palmarès 2007 en présence des différents lauréats, qui ont été longuement applaudis.

M. le Secrétaire perpétuel Michel Albert a prononcé un discours intitulé « Actualité de la vie académique », écho en guise d’hommage à celui que Pierre Messmer avait prononcé, à la même occasion, en 1995. Tout en évoquant les nombreux travaux de l’Académie et les champs explorés – souvent de façon prémonitoire – tels que la réforme de l’État, le système fiscal, la réforme judiciaire, l’enseignement supérieur, le développement durable etc., il a rappelé le rôle et la mission de l’Académie des sciences morales et politiques : « s’imposer un devoir de vérité » pour mieux « éclairer l’opinion et les pouvoirs publics ».

Dans cet esprit, il a battu en brèche l’idée reçue que la France serait menacée par la mondialisation et, s’interrogeant sur la « valeur ajoutée qui permettra de se démarquer sur la scène internationale », il a répondu que « de toute évidence, c’est le savoir qui fera la différence. L’économie de la connaissance est devenue le terrain où se jouera la partie. Hier, on pouvait exporter surtout de la matière première. Demain, il faudra exporter de la matière grise. Le libre-échange du XXIe siècle, c’est la compétition intellectuelle et scientifique ».

Après cet appel à la mobilisation de l’intelligence, il a fait applaudir une délégation de jeunes filles du lycée de la Légion d’honneur de Saint-Denis, parmi lesquelles se trouvaient plusieurs lycéennes particulièrement méritantes issues de divers pays d’Afrique.

 

Pour en savoir plus
Liens internes