Académiciens

Pellegrino Rossi

 

 

 

 

Retour aux membres

 

 

 

Présentation
Retour au sommaire du site ASMP - Académie des Sciences Morales et Politiques
Retour sommaire


Composition de E. Kaiser

PELLEGRINO ROSSI
(Carrare, Italie, le 3 juillet 1787 ; naturalisé Français, le 13 août 1834 ; Rome, Italie, le 15 novembre 1848)

G.O. w

Élu, le 17 décembre 1836, dans la section d'économie politique,
au fauteuil de Léon FAUCHER.


Fauteuil n°1



Économiste et homme politique italien

Carrière :

Contraint ˆ l'exil en 1815, il vŽcut d'abord ˆ Genve, o il prit part aux affaires publiques et prŽsenta en 1832 un projet de rŽforme de la Constitution suisse. Il vint en France en 1833, se fit naturaliser franais et fut nommŽ ambassadeur ˆ Rome (1845). PrivŽ de son poste ˆ la suite de la rŽvolution de fŽvrier 1848, il redevint italien et prŽsida un gouvernement constitutionnel pontifical. Il pŽrit peu aprs, assassinŽ par un rŽpublicain.

Genve
Il se rŽfugia ˆ Genve, dont il acquit la bourgeoisie en 1820 ; l'annŽe prŽcŽdente, il Žtait devenu le premier professeur catholique ˆ l'AcadŽmie. Il y enseigna le droit civil, le droit constitutionnel et l'Žconomie politique ; il donna aussi un cours d'histoire romaine et (1831) d'histoire suisse. Membre du Conseil reprŽsentatif ds 1820 - le premier dont le franais n'Žtait pas la langue maternelle -, il fut dŽsignŽ en 1832 comme l'un des deux dŽputŽs du canton ˆ la Dite fŽdŽrale ; il fit partie de la Commission chargŽe de la rŽvision du Pacte fŽdŽral ; nommŽ rapporteur le 22 novembre, il dŽposa son rapport, qui fut d'emblŽe appelŽ le pacte Rossi, le 15 dŽcembre dŽjˆ. Son auteur le dŽfendit devant la Dite de Zurich au printemps 1833 ; lors de la discussion, le projet se heurta ˆ une opposition provenant de tous les azimuts : trop centralisateur pour les uns (les ultra-conservateurs, soit Neuch‰tel, B‰le-Ville et les WaldstŠtten), trop timide pour les radicaux, qualifiŽ d' Ç Ïuvre des doctrinaires des cantons romands È ou de tremplin pour les ambitions personnelles de Rossi, il succomba dŽfinitivement en juillet aprs le vote nŽgatif du canton directeur de Lucerne.

Paris
EnvoyŽ ˆ Paris pour une mission diplomatique, Rossi quitte alors le territoire et le service de la Suisse pour une nouvelle carrire en France : professeur d'Žconomie politique au Collge de France (1833), titulaire de la nouvelle chaire de droit constitutionnel en 1834 - son cours conna”t des dŽbuts tumultueux et se voit suspendu au bout de trois jours -, membre de l'Institut en 1836, il reoit la nationalitŽ franaise en 1838 ; l'annŽe suivante, le roi Louis-Philippe le nomme Pair de France - il sera mme comte en 1846 ; il devient ambassadeur auprs du Saint-Sige. PrivŽ de sa chaire et de son poste par la rŽvolution de fŽvrier 1848, il reste dans la Ville Žternelle et, aprs un premier refus en juillet, accepte le 15 septembre de constituer le gouvernement de Pie IX, o il dirige les ministres de l'IntŽrieur et des Finances. Deux mois plus tard trs exactement, il est assassinŽ d'un coup de poignard ; sa mort ouvre la voie ˆ l'Žmeute, ˆ la fuite du pape, ˆ la proclamation de la RŽpublique romaine.

Biographie établie par
Jean-Jacques BOUQUET, historien


Principales publications :

  • 1825. Traité de droit pénal, 3 vol.
  • 1839. Cours d’économie politique, 2 vol.
  • 1845. Préface au traité de Malthus sur la population.
  • 1857. Mélanges d’économie politique, d’histoire et de philosophie, 2 vol.
  • 1859. Traité du droit constitutionnel français, 2 vol 
  • 1866-1867. Cours de droit constitutionnel publié par A. Porée, 4 vol.
  • – S.d. Annales de législation et de jurisprudence, 5 vol., Genève.

  • Collaboration au Journal des économistes, à l’Encyclopédie du droit et à la Revue des Deux Mondes.

Biographie, bibliographie

  • "Notice sur la vie et les travaux de M. Pellegrino Rossi ", par M. Mignet, séance de l’Académie des Sciences morales et politiques du 24 novembre 1849.

  • Institut de France. Le premier siècle. 25 octobre 1795 - 25 octobre 1895, t. I, par le Comte de Franqueville, Paris, Académie des Sciences morales et politiques, p. 249.